11/03/22

image d'entête article graphitéine agence communication limoges

 

À l’ère du numérique, où l’apogée des logiciels est à son maximum, les techniques manuelles sont quant à elles mises à l’écart…
On vous propose aujourd’hui un retour en arrière, avec une petite retrospective des techniques graphiques anciennes et la découverte d’œuvres plus contemporaines qui allient modernité et savoir faire d’antan…  

 

LINOGRAVURE

Mais qu’est-ce que c’est ? C’est une technique de gravure qui consiste à creuser à l’aide d’une gouge, une plaque de linoléum pour enlever les réserves du dessin final, l’encre se posant sur les parties en relief. Lors de l’impression, le papier est pressé sur la plaque et conserve l’empreinte de l’encre.

linogravure, article graphitéine agence communication limoges

Sources images ©stock.adobe

 

Illustration de la technique avec le projet Mauvaise compagnie de Anaïs Bourdet

Cette graphiste de 36 ans est engagée auprès de la cause féministe, et des femmes victimes de propos inappropriés dans la rue. Elle décide de détourner graphiquement ce calvaire quotidien. Les insultes sont imprimées en linogravure et encadrées. La violence verbale se transforme en initiative solidaire, puisque les bénéfices du projet seront reversés à des associations féministes.

œuvres en linogravure, article blog agence communication limoges

Sources images ©Mauvaise Compagnie

 

SÉRIGRAPHIE

La prochaine technique d’imprimerie nécessite un pochoir à travers lequel l’encre est pressée par une racle pour venir colorer le support. Pour créer un « pochoir », il faut un cadre de sérigraphie sur lequel on étale un produit spécifique. Une fois sec, il suffit de placer le motif voulu sur le cadre et de l’exposer à une source lumineuse UV. Après quelques minutes, le motif est imprégné dans le cadre, formant un pochoir et laissant passer l’encre.
Cette technique permet d’imprimer sur une large gamme de supports tel que le bois, le papier, le verre, le textile, le métal, le carton, la céramique…

Sérigraphie blog graphitéine, agence communication limoges

Sources images ©stock.adobe

 

Voici le projet Crazysérigraphié par Malika Favre

L’illustratrice Malika Favre nous fait voyager dans l’un des plus grands cabarets de Paris : le Crazy Horse. À travers le portrait d’une danseuse, elle retranscrit un spectacle envoutant décliné en 11 pièces sérigraphiées. Entre aplats colorés, jeux d’ombres et de lumières et représentations de courbes féminines, l’artiste nous transpose dans un de ses souvenirs nocturnes.

Crazy de Malika Favre sérigraphie, article graphitéine agence communication limoges

Sources images ©Malika Favre

 

CRAYONS DE COULEURS

Inutile de vous présenter cet outil connu de tous. Cependant, le dessin numérique se développe de plus en plus aux dépens du dessin traditionnel.

Image blog graphitéine agence communication Limoges

Sources images ©stock adobe

 

Très attachée aux techniques traditionnelles, voici une artiste qui continue de crayonner : Robabée et son exposition “Fenêtre sur rue”, 2022

Cette illustratrice explore la vie urbaine et étudie les parisiens sous tous les angles. Son exposition retrace une balade dans Paris, représentée sous forme de scènes vivantes et illustrées aux crayons de couleurs.

œuvre crayons de couleur, article graphitéine agence communication limoges

Sources images ©Robabee

 

LITHOGRAPHIE

Pour cette technique d’impression, il faut se munir d’une pierre calcaire sur laquelle on vient tracer notre dessin avec de l’encre ou un crayon gras. Après cela, il suffit de passer un peu d’eau sur la pierre, puis encrer sur le support désiré. Cette technique repose sur le principe de répulsion entre l’eau et les matières grasses. Elle permet la reproduction en de multiples exemplaires.

Lithographie, article graphitéine agence de communication limoges

Sources images ©lithographie collection

 

Cette technique est conservée par Zoer & Velvet et leur projet Street Food

Ces artistes français ont voulu rendre hommage à la ville de Tokyo à travers une série de dessins, dont la thématique tourne autour de la street food japonaise. Le processus de création sur pierre lithographique a duré 5 jours à l’atelier Urdla– le Centre international estampe & livre (Villeurbanne). Enfin, ils ont tirés 15 exemplaires rehaussés par l’ajout de traits et de couleurs.

œuvre Street Food par Zoer & Velvet, article agence communication limoges

Sources images ©Journal du design

 

Même si le numérique prend l’avantage, la création « faite à la main » reste plus authentique. Gardez à l’esprit que ces techniques permettent d’ouvrir sur un champs créatif très large! Imprégnez vous de ces méthodes et lancez vous !

Retrouvez tous nos articles sur le blog Graphitéine !